Les partenaires de l’agefiph

L’AGEFIPH (association de gestion du fonds pour les handicapés) est une association de gestion de fonds pour l’insertion professionnelle des handicapés. Instituée par la loi numéro 87-517 du 10 juillet 1987, elle a pour mission d’accompagner les handicapés dans leur vie professionnelle. En outre, elle se charge d’accompagner les entreprises dans leur projet de recrutement et de maintien dans l’emploi des personnes handicapées. Afin de remplir efficacement ses rôles et d’optimiser ces ressources, l’Agefiph dispose de plusieurs collaborateurs dans toute la France. ​

Quels sont les partenaires de l’Agefiph ?

Les actions d’association de gestion du fonds pour les handicapés ne sont pas concentrées au sein de l’institution. Bien que l’Agefiph soit une entité à part entière disposant d’un directeur, il a besoin d’un certain nombre de partenaires indispensable. D’ailleurs, l’efficacité de son action repose sur des partenaires forts, déployés sur l’ensemble du territoire de la République française.

A lire en complément : Reconversion professionnelle : top 3 des métiers qui recrutent dans le monde

Les partenaires institutionnels de l’agefiph

Au niveau national, il existe une convention multiparitie conclue en 2013 qui associe l’ensemble des partenaires intervenant sur le champ de l’emploi des handicapés. Ainsi, l’agefiph est signataire avec l’Etat, Pôle emploi, le FIPHFP (fond pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique), la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), l’association des régions de France (ARF), la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) et la caisse nationale de la mutualité sociale agricole (CCMSA).

La convention conclue avec ces institutions permet de définir les priorités pour élaborer et mettre en œuvre la politique d’emploi des personnes handicapées. En 2017, cette convention a été modifiée. Grâce à cette dernière, plusieurs objectifs ont été assignés à l’agefiph. Par exemple, elle a pour objectif de sécuriser les parcours professionnels des personnes en situation de handicap pour mieux accompagner les transitions professionnelles et faciliter l’insertion dans le milieu ordinaire du travail.

A découvrir également : Quels sont les processus clés d’une recherche d’emploi ?

Les partenaires locaux de l’agefiph

Elles sont variées et diverses. Au nombre de ces derniers, on distingue les collectivités territoriales, les conseils régionaux, les conseils généraux, etc. Pour optimiser ces actions, l’association de gestion du fonds pour les handicapés est consciente qu’elle a besoin de prendre en compte les réalités des personnes handicapées. Ainsi, pour accompagner un projet professionnel tout en tenant compte de la situation de santé, l’Agefiph a développé des prestations d’appuis spécifiques (PAS). Cependant, certaines situations réclament une expertise particulière.

La nécessité de ces expertises particulières à permis de développer des partenariats avec des prestataires compétents. Sélectionné en suivant des critères minutieux, il peut s’agir des experts en aménagement des situations de travail, des experts en création d’entreprise et des experts en formation professionnels. L’Agefiph dispose aussi des partenariats avec des spécialistes de certains handicaps comme par exemple la déficience motrice, visuelle, auditive, mentale et psychique.

Quelles sont les aides mises en place par l’Agefiph ?

Afin d’atteindre ces objectifs, l’Agefiph à mis en place un certain nombre de dispositifs. Ils sont au nombre de quatre à savoir : l’aide à l’accueil, l’intégration et l’évolution professionnelle ; l’aide à l’adaptation des situations de travail; l’aide à l’embauche en contrat d’apprentissage et l’aide à l’embauche en contrat de professionnalisation. Pour obtenir ces aides, il faut s’adresser à un conseiller agefiph, cap emploi, mission locale ou encore Pôle Emploi.

L’aide à l’accueil, l’intégration et l’évolution professionnelle

Elle permet d’accompagner la personne handicapée dans la prise de fonction et son évolution au sein de l’entreprise. On l’accorde à tout employeur d’une personne en situation d’handicap en CDD de six mois ou plus ou en CDI. Grâce à cette aide, l’employeur dispose d’un montant de 3 000 £ pour financer les dépenses. Il s’agit de celle liée à l’accueil et l’intégration de la personne handicapée nouvellement embauchée et de l’accompagnement sur un nouveau poste dans le cadre de la mobilité professionnelle du salarié.

L’aide à l’adaptation des situations de travail

Cette aide est liée au financement des frais liés à l’adaptation du poste de travail d’un travailleur handicapée. Le montant de cette aide dépend de la situation de la personne handicapée. L’aide à l’adaptation peut bénéficier à un employeur d’un salarié handicapé. Mais le médecin doit attester que le contexte de travail entraînent des conséquences sur l’aptitude à occuper le poste. Elle peut aussi bénéficier à un travailleur handicapée indépendant qui dispose d’un avis médical indiquant les difficultés à poursuivre l’activité.

L’aide à l’embauche et contrat d’apprentissage

Cette aide permet d’encourager les employeurs à embaucher en contrat d’apprentissage une personne handicapée. Le montant minimum s’élève à 3 000 £. On l’accorde à un employeur qui recrute un travailleur handicapé en contrat d’apprentissage d’une durée minimum de six mois. La durée hebdomadaire de travail doit excéder vingt-quatre heures. Il est important de notifier que l’aide est un prorata selon la durée de travail.

L’aide à l’embauche en contrat de professionnalisation

Il s’agit d’un montant minimum de 4 000 £. Cette aide vise à aider les employeurs à embaucher en contrat de professionnalisation une personne handicapée. On l’accorde à un employeur qui recrute en contrat de professionnalisation une personne handicapée pendant 6 mois au minimum. La durée de travail hebdomadaire doit aussi dépasser vingt-quatre heures.

ARTICLES LIÉS